LE PALMARES 2017 L'annonce   des   lauréats   du   grand   Prix   du   Livre   d'Architecture   initié   par   la   ville   de   Briey   depuis   1994   a   eu   lieu   lors   de   la   biennale AGORA   de   Bordeaux,   le   22   septembre   dernier,   en   présence   de   Madame   Elizabeth   Touton,   adjointe   au   maire   de   Bordeaux   et   de Monsieur   Dietsch,   maire   de   la   commune   de   Val-de-Briey.   Profitant   de   cette   rencontre   désormais   incontournable   pour   les   acteurs   du milieu   de   l'architecture   et   du   paysage   qu'est   la   biennale   AGORA,   la   ville   de   Briey   avait   cette   année   sollicité   Michèle   Larue-Charlus, déléguée   générale   de   la   biennale   pour   participer   au   jury   aux   côtés   de   Christian   Bauer,   architecte   au   Luxembourg,   de   Michel   Huet, avocat spécialisé en architecture et de Martin Chénot, désormais directeur de l'institut français de Casablanca et président du jury. Ce    prix,    décerné    à    échéance    biennale,    vise    à    identifier    des    ouvrages    qui    –    par    leur    forme,    leur    contenu    et    leur    inventivité    apparaissent   comme   ouvrant   de   nouvelles   voies.   Se   distinguant   des   autres   prix   plus   institutionnels   et   notamment   de   celui   de l'Académie   d'Architecture,   le   Grand   Prix   du   Livre   d'Architecture   explore   les   productions   en   marge,   cherchant   à   mettre   en   lumière une   production   architecturale   et   éditoriale   singulière,   parfois   fragile   ou   risquée,   mais   dont   le   propos   semble   coïncider   avec   les grands enjeux du moment. > Vers l’immédiate étrangeté des formes de Jean-Christophe QUINTON, lauréat 2017 Après   «      Learning   from   vernacular      »   de   Pierre   Frey   en   2011,   «      Reconquérir   les   rues      »   de   Nicolas   Soulier   en   2013   et   «      le   Petit   Paris      » de   l'agence   Deux   Degré   en   2015,   le   jury   a   cette   année   décerné   le   Grand   Prix   à   l'ouvrage   «      Vers   l'immédiate   étrangeté   des   formes     »   de Jean-Christophe Quinton. Entre   raison   et   émotion   l'ouvrage   «      vers   l'immédiate   étrangeté   des   formes      »,   s'est   imposé   à   l'unanimité.   Si   le   titre   énigmatique   et   la beauté   imposante   de   l'objet   attirent,   c'est   bien   le   contenu   et   le   propos   qui   ont   convaincu   le   jury.   Produit   par   Jean-Christophe Quinton,   architecte   à   Paris   et   directeur   de   l'école   nationale   supérieure   d'architecture   de   Versailles,   ce   livre   est   le   résultat   d'un immense et riche travail d'auto-édition à l'occasion de l'exposition du même nom présentée à la Galerie d'Architecture en 2017. Très   loin   des   livres   monographiques   ou   promotionnels   que   de   nombreuses   agences   publient   désormais,   cet   ouvrage   merveilleux est   une   élégante   tentative   de   transmission   d'une   culture   du   projet   conçu   comme   un   processus   lent   d'invention   d'une   fiction   en devenir.   Mêlant   croquis   de   voyage,      projets   fictifs   de   maisons   et   cabanes   qui   émergent   comme   des   rêves   éveillés,   textes   du   poète Florent   Schwartz,   esquisses   de   travail   à   l'esthétique   simple   et   projets   réalisés   qui   se   distinguent   par   leur   évidente   humilité,   cet ouvrage   d'une   sobre   beauté   se   découvre   comme   un   paysage   que   l'on   parcourt,   chaque   page   formant   une   histoire   autonome, l'ensemble prenant sens au final comme un paysage familier et enchanteur qui s'offrirait à notre esprit.  Comme   le   mentionnait   le   président   du   jury   lors   de   la   proclamation   :   «      nous   savons   que   nous   avons   trouvé   le   Grand   Prix   quand,   après plusieurs   passages   en   revue   des   ouvrages   sélectionnés,   un   frémissement   nous   prend   au   contact   d'un   ouvrage.   Nous   mettons   toujours un   temps   avant   de   nous   fier   à   cette   émotion   et   n'osons   en   parler   tant   elle   est   intuitive.   Et   pourtant   elle   s'impose   et   une   fois   avouée   elle devient une évidence partagée.  » «      Vers   l'immédiate   étrangeté   des   formes      »   est   de   ces   livres   inclassables   et   incontournables   qu'une   fois   découvert   on   garde   en mémoire.   Derrière   la   poésie   de   l'ouvrage,   -   accessible   et   généreuse   -   se   déroule   un   propos   très   construit   sur   le   rôle   de   l'architecte   et la   fonction   de   l'architecture.   Le   texte   introductif   de   Jacques   Lucan,   concis   et   précis,   vient   en   expliciter   la   portée,   donnant   ainsi   à   ce livre l'assise théorique qu'il mérite. > Deux prix spéciaux  Le jury a par ailleurs attribué un prix spécial à deux autres ouvrages : >   «   Michel   Corajoud,   portraits   » ,    éditions   du   Bureau   des   paysages,   décembre   2016   Montreuil.   Ouvrage   conçu   par   Alexandre Chemetoff et Fatiha Khalifa avec l’association Michel Corajoud. Ouvrage   sublime   et   intelligent,   qui   se   déroule   comme   un   fil   de   vie,   une   bannière…   Et   dont   le   principe   éditorial   –   le   témoignage   de gens   plus   ou   moins   illustres   qui   témoignent   de   leur   relation   avec   Michel   Corajoud   –   en   fait   un   livre   qui   dépasse   la   question   de l’hommage pour en faire un livre >      «      Paris   Haussmann   -   Modèle   de   ville      »,    de   Franck   Boutté   Umberto   Napolitano   Benoît   Jallon,   aux   Editions   du   Pavillon   de l'Arsenal   Superbe    ouvrage,    dont    le    contenu    est    remarquablement    présenté.    Certes    le    sujet    est    plus    classique    que    ceux    défrichés habituellement par le GPLA mais la qualité de l’ouvrage mérite d’être saluée d’une façon ou d’une autre. Un   ouvrage   qui   donne   une   nouvelle   image   de   l’apport   de   Haussmann,   ouvrage   emblématique   et   dont   la   portée   historique   parait évidente,   qui   devrait   être   dans   toutes   les   bibliothèques   d’architecture,   une   sorte   de   bible.   Qualité   éditoriale   très   évidente.   Sujet forcément   un   peu   «   académique   »,   ouvrage   issu   de   la   production   d’une   institution   reconnue,   mais   la   qualité   du   traitement,   le   travail considérable réalisé d’analyse typo-morphologique mérite d’être salué. > Les ouvrages sélectionnés Comme    chaque    fois,    c'est    un    véritable    processus    qui    permet    d'arriver    à    la    désignation    des    lauréats.    Mêlant    une    approche systématique    d'inventaire    des    dernières    publications    dans    le    domaine    de    l'architecture    ayant    permis    d'identifier    environ    250 ouvrages   et   une   approche   plus   intuitive,   les   membres   du   jury   ont   progressivement   abouti   à   une   première   sélection   d'environ   10 ouvrages. D'abord   des   ouvrages   d'architecture   pour   ceux   qui   ne   sont   pas   des   spécialistes,   mettant   en   évidence   l'enjeu   de   partager   cette culture   de   l'habiter   qui   nous   concerne   tous.   Alors   que   la   demande   sociale   en   faveur   de   l'amélioration   du   cadre   de   vie   s'impose comme   un   sujet   collectif   majeur   dans   toutes   les   villes   et   les   territoires,   de   nombreux   ouvrages   abordent   l'architecture   de   façon simple   et   ludique,   à   destination   des   enfants,   des   citoyens,   de   tous.   Des   ouvrages   à   partager,   notamment   à   l'occasion   des   journées nationales de l'architecture : · Des livres d’architecture, aussi pour ceux qui n’y connaissent rien Pour les enfants  : «  Orson voyage  » Et pour finir, une proposition, mon coup de cœur. C’est un livre que vous ne trouverez pas encore en librairie car il ne sortira qu’en septembre et n’a pas encore de diffuseur, du même auteur que le précédent Jean- Christophe Quinton (architecte, directeur de l’école d’architecture de Versailles, croisé par hasard cette semaine) qui s’est associé avec un dessinateur (André-Louis Quinton) et un poète (Florent Schwartz) pour réaliser un très beau livre pour enfant. Le titre est «  Orson voyage  », il est dessiné au rotring, il ne parle pas directement d’architecture mais tout y est, il alterne page de gauche avec un court texte et page de droite avec image. Je vous envoie juste quelques photos et s’il vous intéresse, je peux demander à l’auteur de nous en envoyer… Pour les littéraires  : «  Le goût de la maison  », d’Elisabeth Foch, éditions Mercure de France, 2016. Il s’agit d’un recueil de textes d’auteurs très diversifiés (de Jean-Christophe Bailly à Gaston Bachelard, en passant par Giono) sur le thème de notre rapport à notre «  home  ». EN poche, très facile d’accès et en même temps instruit. Pour les adeptes du 4.0  : «  L’architecture de demain en 100 défis  », Marc Kushner, collection TED, editions Marabout, 2016.  Les conférences TEDx sont aussi des livres, édités chez Marabout. A moins de 10€ on a un beau petit ouvrage entre les mains. Le rythme est celui des réseaux sociaux et cherche l’interpellation du lecteur. Mais ce n’est pas mal foutu et les questions soulevées (genre «  peut-on vivre sur la lune  ?  », «  peut-on construire une maison à l’imprimante 3D  ?  ») sont toutes illustrées d’architectures réalisées, sélectionnées avec justesse et éclectisme, avec un commentaire sur l’état de la question. Bref, ce n’est pas un grand prix mais c’est une façon de faire le lien entre l’architecture et les sujets d’innovation, de façon simple, accessible et ludique. Par   ailleurs,   alors   que   l'écologie   s'est   imposée   dans   les   publications   sur   l'architecture   depuis   plusieurs   années,   le   jury   a   identifié plusieurs   ouvrages   approfondissant   la   notion   de   réversibilité   et   de   recyclage   en   architecture,   comme   une   nouvelle   invitation   à penser la soutenabilité des villes et des territoires à partir de l'existant. · Réversibilité/reconversion, d’autres façon de penser le durable en architecture  «  Construire réversible  », Canal architecture, auto édition, Paris, avril 2017 «  Docks de Marseille  », Ante Prima Editions, Marsilo editori «  Pas de toit sans toi  : réinventer l'habitat social  ».- Arles  : Actes Sud, DL 2016 / 112 p. A la suite du manifeste de Patrick Bouchain et Loïc Julienne, Construire ensemble le grand ensemble, où il apparaît comme fondateur que l'acte de bâtir doit impliquer les habitants, trois projets d'habitat social ont vu le jour : à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), à Tourcoing (Nord) et à Beaumont (Ardèche). Ces trois chantiers très différents, racontés par deux architectes et le maire de Beaumont, ont comme point commun d'associer les futurs locataires à la réinvention du logement social. Ces projets novateurs sont la preuve qu'une autre façon de penser et de construire l'habitat social et collectif en Fance est possible, avec et pour les habitants, en prenant en compte la géographie et l'histoire du lieu. Ainsi se crée la ville. (quatrième de couverture) «  Déchets  », Les carnets du paysage, éditions Actes Sud et l’école national supérieure de paysage, avril 2016.
Ville de Val de Briey - 1 place de l’Hôtel de Ville - 54150 BRIEY - France     Tél. : 03 82 47 16 00 - Fax :  03 82 47 16 46    
2017